samedi , 5 novembre 2016
Breaking News
Home / Actualités / La baleine à bosse chasse en bombardant ses proies d’énormes bulles

La baleine à bosse chasse en bombardant ses proies d’énormes bulles

Regarder les pirouettes et les arabesques aquatiques des baleines à bosse, c’est un peu comme regarder un ballet de danse russe. Peu de créatures sur Terre sont capables de réaliser des mouvements nécessitant un telle combinaison de puissance et d’élégance.

Seuls quelques rares élus pourront un jour observer la danse de la baleine à bosse de leurs propres yeux. Heureusement, l’un d’entre eux, de l’organisation touristique Alaska Strike Zone Sportfishing, avait sa caméra sur lui le jour où il a assisté à ce merveilleux événement. Et il nous fait profiter d’une vidéo de l’une des plus étranges techniques de chasse du cétacé : la bulle-filet.

Les minuscules rides que l’on voit à la surface de l’eau indiquent qu’il se passe quelque chose d’extraordinaire à quelques mètres sous la surface. Le cameraman assisté à un événement très rare : la formation d’une bulle de chasse, une techniqueutilisée exclusivement par les baleines à bosse. La méthode consiste à créer une cage sous forme de bulle afin de capturer des poissons (ici, des harengs) ou du krill pour que la baleine puisse les dévorer plus facilement.

Les baleines à bosse plongent parfois jusqu’à 50 mètres sous un banc de poissons afin de les bombarder de bulles pour qu’ils remontent à la surface. Ensuite, elles avalent d’énormes quantités d’eau avant de détendre les plis de leur gorge (14 à 35 plis) pour faire passer leurs proies à travers leurs fanons en kératine.

Les mécanismes de la chasse par bulle-filet étaient, jusqu’à récemment, assez mal connus. En 2011, David Wiley, un biologiste marin de l’Administration américaine de l’atmosphère et des océans a équipé plusieurs baleines d’étiquettes électroniques à ventouse capable de mesurer le tangage et le roulis des eaux empruntées par les baleines, de déterminer le cap, la profondeur à laquelle elle nage, et d’enregistrer les sons qu’elles émettent. Les données collectées ont permis de réaliser la première représentation 3D de la chasse par bulle-filet.

Wiley a observé un travail d’équipe si sophistiqué chez les baleines qu’il pouvait être rapporté au comportement des chimpanzés lorsqu’ils utilisent des outils. Afin de créer une « nuée de bulles, » les baleines nagent en spirale vers la surface deux par deux dans des sens opposés, puis une fois remontées à l’air libre, elles font claquer leur queue sur la surface de l’eau afin de rassembler les proies dans un unique couloir d’eau. Enfin, elles n’ont plus qu’à ouvrir la bouche pour collecter les fruits de leur travail.

Une étude plus récente publiée dans la revue Science montre que ces techniques de chasse sont transmises de génération en génération dans les groupes de baleines à bosse. À partir d’une base de données portant sur 27 années de suivi de baleines à bosse, les biologistes ont modélisé la transmission de ces comportements sociaux, et prouvé que cette transmission était exclusivement culturelle. Les modèles apportent la preuve objective que les baleines intègrent de nouveaux comportements à partir des contacts sociaux, et partagent des « traditions » les unes avec les autres.

Les baleines à bosse nagent dans les eaux glaciales de l’Alaska durant le printemps, l’été et l’automne. Pendant l’hiver, elles migrent vers des zones de reproduction plus chaudes dans le Pacifique Nord.

Les baleines à bosse de l’Alaska se portent actuellement plutôt bien ; pourtant, elles suscitent le débat chez les écologistes, qui souhaiteraient qu’elles soient conservées sur la liste des espèces menacées. De nombreuses organisations ont investi dans l’extraction de pétrole offshore sur des sites qui constituent l’habitat naturel de la baleine. Si le changement de statut de la baleine à bosse n’empêchera pas la conservation de l’espèce, le risque de perturbation de son habitat ne sera peut-être plus encadré par des lois et des règlements officiels.

La baleine nous fait rêver car elle nous rappelle une période de l’histoire de la Terre où les océans étaient infestés de créatures à la fois massives, gracieuses, et redoutablement intelligentes. Espérons que la mégafaune marine actuelle persistera encore longtemps.

Source motherboard.vice.com

About La Direction

Check Also

park-maison-skate

UN SKATEUR TRANSFORME LA MAISON DE SES PARENTS EN SKATEPARK !

Voici une histoire pas banale. Un type a construit un véritable skatepark dans une maison …

poule

Des policiers veulent comprendre pourquoi une poule a traversé une rue

Les journées des policiers de Tayside, en Écosse, ne sont pas toujours remplies d’actes de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *